L’explosion du e-commerce fait des activités de transport et de logistique des leviers de compétitivité. Entre rapidité, traçabilité, coûts et empreinte écologique, les enjeux sont multiples. Pour répondre à de nouvelles attentes fortes des consommateurs, les entreprises misent sur la technologie.

Des contraintes liées aux mutations du secteur et aux exigences des clients

Le volume de commandes augmente constamment, tout comme les exigences de transparence et de visibilité à chaque étape, et les exigences de livraison rapide, voire express. En la matière, le fait de proposer plusieurs options de livraison aux acheteurs (retrait en magasin, remise en point relais ou à domicile) s’ajoute aux complications. Or, le dernier kilomètre fait grimper les coûts, considérant les contraintes en milieu urbain, notamment à cause des restrictions de circulation.

Pour les marchandises sensibles (médicaments, substances dangereuses, produits agroalimentaires…), à un traitement spécifique s’ajoutent des obligations administratives que les logisticiens et transporteurs doivent suivre à la lettre.

Les retours, dont certaines enseignes ont fait un véritable argument commercial, représentent une nouvelle problématique, pour la redirection des articles et la gestion des stocks. Avec une organisation classique, les équipes de l’entrepôt sont rapidement débordées et les surcoûts pèsent sur les marges.

Enfin, la question environnementale est essentielle, considérant que le secteur est à l’origine de 35 % des émissions de gaz à effet de serre en France. Une approche durable s’impose pour ses acteurs :

  • emballages recyclables,
  • rationalisation des livraisons pour limiter le nombre de véhicules sur les routes et les déplacements à vide.

Digitalisation et robotique, les réponses aux nouveaux défis logistiques

Pour booster leur performance logistique, les entreprises investissent massivement dans les solutions numériques et la robotique.

La digitalisation concerne en premier lieu les flux d’informations et la communication. Mondialisation oblige, la chaine logistique compte de nombreux intervenants, parfois situés dans des pays différents. Avec une solution de gestion logistique dédiée, le partage des données est instantané, permettant à tous les utilisateurs de connaître en temps réel la localisation du colis.

Les principales catégories d’outils dont s’équipent les professionnels de la logistique et du transport sont les suivantes :

  • La WMS (Warehouse Management System) : gestion intelligente des stocks, préparation efficace des commandes ;
  • L’APS (Advanced Planning System) et le SCP (Supply Chain Planning) : affectation des machines et des agents opérationnels, anticipation la demande et des problèmes d’approvisionnement ;
  • Le WCS (Warehouse Control System) : coordination des ressources matérielles et humaines d’un entrepôt automatisé ;
  • Le Supply Chain Event Management : identification et résolution des anomalies pour une amélioration continue de la chaine logistique ;
  • Le TMS (Transport Management System) : gestion de la flotte de véhicules, organisation des tournées.

Choisir un logiciel de logistique n’est cependant pas un exercice aisé, considérant leur diversité et la multiplicité des éditeurs. L’accompagnement d’un spécialiste est donc recommandé pour la sélection de l’outil, son déploiement, la formation des utilisateurs, ainsi que la maintenance et la mise à jour régulières.

Par ailleurs, la transmission de consignes (emballage, normes sanitaires, température…) concernant les produits sensibles garantit leur sécurité sans ralentir les processus. Sur le plan administratif, le gain de temps est considérable, avec la dématérialisation documentaire, qui évite par ailleurs les multiples saisies, souvent sources d’erreurs.

Dans les entrepôts, la robotisation accélère la cadence de traitement des commandes et minimise les problèmes, même avec un nombre élevé de références. Quelles que soient les contraintes spécifiques aux différentes industries, les préparateurs sont en mesure de respecter leurs demandes sans difficulté.

Dans le domaine du transport, les entreprises optent pour la mutualisation du fret pour satisfaire aux critères de coûts et d’écologie. Des plateformes se créent d’ailleurs pour faciliter la mise en relation directe des transporteurs et des entreprises. En outre, des initiatives telles que l’usage de véhicules électriques et l’expérimentation de la livraison par drone se développent face aux enjeux environnementaux.

 

Voir notre Solution Transport & Logistique