La pandémie de Covid-19 a modifié en profondeur les comportements des consommateurs, entraînant une explosion du commerce en ligne en 2020. Au cours des 5 prochaines années, les achats sur internet vont encore augmenter de 7 %, et le commerce transfrontalier, entre 15 % et 20 %. Voici quelques conseils d’expert pour se lancer dans la vente à distance désormais incontournable.

Surfer sur la vague du succès des marketplaces

L’an dernier, le commerce électronique en B2C dans l’Hexagone a progressé de 8,5 %, porté principalement par les produits (+32 %) quand le service a diminué de 10 %. 70 % des volumes sont réalisés sur les marketplaces. Dans le domaine du B2B, le chiffre d’affaires réalisé en ligne est encore plus important que celui en B2C. À l’horizon 2023, les canaux digitaux concentreront 17 % des ventes en B2B.

Pour saisir les opportunités que ce phénomène offre aux entreprises, la marketplace représente la solution idéale. Elle évite de devoir construire et gérer une plateforme marchande en propre, et de supporter des coûts marketing et logistique élevés.

Il existe quelque 15 000 marketplaces qui mettent en relation les professionnels et particuliers dans le monde. Alors qu’elles ne représentent que 1,5 % des 1 million de sites de e-commerce actuellement actifs, elles accaparent 52 % du volume global et jusqu’à 75 % des volumes en Chine. Généralistes ou spécialisées dans un nombre restreint de types de produits, les marketplaces présentent deux principaux avantages pour les commerçants :

  • la grande diversité de produits proposés attire une clientèle large et variée et augmente les chances de chaque acteur présent de réaliser des ventes ;
  • l’accès à de grands marchés comme la Chine et les États-Unis et leurs contraintes : les droits et taxes, la traduction du site, la diversité des monnaies, la logistique…

Booster son activité de e-commerce

Pour tout e-commerçant, le succès de l’activité passe en premier lieu par une parfaite connaissance des marchés locaux ciblés et des attentes des consommateurs dans chaque zone géographique.

La qualité de l’expérience client est un autre aspect essentiel qui repose sur plusieurs points :

  • un parcours fluide depuis la passation de commande jusqu’à la livraison ;
  • une expérience unifiée sur tous les supports, notamment le mobile, désormais le plus utilisé pour naviguer sur le web ;
  • une communication et des offres personnalisées ;
  • une gestion efficace des retours, dont les taux peuvent grimper jusqu’à 30 % pour certaines branches ;
  • une livraison rapide et plus responsable dans toutes les zones, y compris celles difficiles d’accès.

Viser le marché européen pour commencer à s’internationaliser est une bonne option. Les droits de douane sont supprimés, les transactions se font dans la même monnaie et les réseaux sociaux sont identiques. D’ailleurs, d’après les spécialistes, le rythme d’augmentation du e-commerce transfrontalier est trois fois supérieur à celui du e-commerce domestique.

L’adoption d’une solution logistique est par ailleurs indispensable pour gérer le dernier kilomètre, enjeu majeur pour les entreprises et les territoires, surtout en milieu urbain avec la congestion et la pollution.

S’adapter aux grandes tendances de demain

Avec la croissance exponentielle du e-commerce attendue, l’exploitation des données est plus que jamais essentielle pour adapter son offre aux nouvelles exigences des clients. Par ailleurs, les acteurs du secteur doivent accroître leurs efforts en faveur d’une logistique plus propre. Pour réduire leur empreinte carbone, ces derniers mettent en place différentes initiatives :

  • le recours à des solutions plus écologiques pour la livraison avec une place grandissante de l’électrique dans les flottes (vélo, véhicules et même avions-cargos) ;
  • l’ouverture d’entrepôts européens plus près des acheteurs finaux et optimisation des tournées des camions ;
  • l’adaptation des dimensions des cartons aux marchandises.

Un autre changement majeur est observé : le boom de la seconde main et des ventes entre particuliers (C2C). L’essor fulgurant des modes de consommation reflète une évolution des mentalités qui semble irréversible. Chaque marque doit anticiper l’impact de ces changements pour rester compétitive, et cela nécessite entre autres d’optimiser sa logistique.